Contactez-nous
Membres                   

Hiver 2017......Les Nouveautés sur le site :**Histoire des Quartiers..... Le Bost/Les Cités......: ** L'époque contemporaine **..... 10 pages...30 VIDEOS en Ligne.....   sur la   .Seconde Guerre Mondiale (complète) dont le film exceptionnel " 6 Ans 12 Vies " en 10 épisodes  (cliquez sur un titres ) :   La Folie d'un Homme 1933/1939   ,    Les années noires 1939/1940 ,   Le Crépuscule 1941/1942,   A la dure 1942/1943, Issue sanglante 1943/1944 ; ect.................          ......    Merci de votre visite'
 
2ème Guerre Mondiale
1933-1938
2ème GUERRE MONDIALE
1939-1940
2ème Guerre Mondiale
1941-1942
Six Ans Douze Vies
Le crépuscule
     
En Europe   Dans le Pacifique
Rappel 1938
Après s'être habilement assuré à l'automne de 1936 du soutien politique du Japon par la signature du pacte Antikomintern, dirigé contre l'URSS, et de l'alliance de l'Italie fasciste par la constitution de l'Axe Berlin-Rome, Hitler annexe l'Autriche en mars (Anschluss). En septembre Hitler réclame  l'autodétermination pour les 3,2 millions d'Allemands qui peuplent la région des monts Sudètes, en Tchécoslovaquie, et exige une cession des Sudètes
Le 30 septembre 1938, par les accords de Munich, Français et Anglais   cèdent, par peur de la guerre, à Hitler et abandonnent la Tchécoslovaquie.
L'opinion publique des pays démocratiques est à la fois troublée et soulagée par les accords de Munich.
Le 5 octobre 1938, Churchill lance : « Nous avons subi une défaite totale et sans mélange. Notre peuple doit savoir que nous avons subi une défaite sans guerre, dont les conséquences nous accompagneront longtemps sur notre chemin ». La postérité retiendra de lui cette formule, dans une lettre postérieure : « Ils ont accepté le déshonneur pour avoir la paix. Ils auront le déshonneur et la guerre ».
  Rappel 1938
La Seconde Guerre sino-japonaise est un conflit militaire qui dura de 1937 à 1945, et débuta à la suite de l'invasion de la partie orientale de la Chine par l’Armée impériale japonaise. Six ans après l’invasion de la Manchourie, l’Empire du Japon poursuit sa politique expansionniste en Chine.
Après la victoire de Shanghai, l'armée japonaise est déterminée à vaincre les Chinois à Nankin (decembre 1937) et, ainsi, mettre un terme à la guerre sino-japonaise. Une bataille sanglante qui se transformera en massacre, le Japon finit par être "victorieux" sans pour autant anéantir définitivement l'armée chinoise qui, à l'aide des Russes, a opposé une grande résistance.
L'année 1938 marquera la fin de l'attaque japonaise contre la Chine. Elle ne marquera pas, en revanche, la fin de la guerre sino-japonaise, (La guerre sino-japonaise prendra fin en 1945 après la capitulation du Japon à l'issue de la Seconde Guerre mondiale). La bataille de Wuhan (juin 1938) dura quatre mois, les Japonais échouant finalement dans leur objectif d'anéantissement du gros des troupes chinoises. Pour stopper l'avance japonaise, les nationalistes détruisirent les digues du fleuve Jaune, provoquant une crue qui causa plusieurs centaines de milliers de morts civils.
09 Novembre 1938 C'est la fameuse « Nuit de cristal » : les nazis arrêtent 25.000 Juifs (internés à Buchenwald, Sachsenhausen et Dachau ; 2.000 mourront). Près de 267 synagogues sont pillées et incendiées. 7.500 magasins juifs sont dévastés. 91 juifs sont assassinés.
 
 

Le massacre de NANKIN

Attention
Certaines scènes peuvent choquer les enfants et  les plus sensibles d'entre nous.

Soulevé par la mystique du national-socialisme, Hitler est installé en 1933 au pouvoir par le président Hindenburg dans un pays rongé par le chômage et les conséquences économiques et sociales d'une inflation catastrophique. Son objectif est d'effacer le diktat de Versailles (voir 1914-1918) et d'assurer à l'Allemagne l'« espace vital » nécessaire à son expansion démographique : le réarmement va donc lui servir à la fois à préparer les conditions d'un changement politique et à remédier à la crise.

Quelques années plus tard commencera la folle aventure de ses coups de force, auxquels la faiblesse et les illusions de l'Angleterre et de la France ne répondront que par autant de renoncements. En particulier, leur absence de riposte à la réoccupation de la rive gauche du Rhin par la Wehrmacht – en violation du traité de Versailles (voir 1914-1918) –, le 7 mars 1936 retirait aux démocraties occidentales tout moyen de coercition à l'égard de l'Allemagne nazie.

Mussolini vers l'Allemagne nazie
En Italie, Mussolini a pris le pouvoir dès 1922, dans un pays qui s'estime lésé par les traités de 1919 et de 1920 : les accords  avec l'Autriche-Hongrie et la Yougoslavie ne répondent pas aux promesses faites par les Alliés le 26 avril 1915 (traité de Londres). De plus, finalement contré par la Grande-Bretagne et la France lors de l'affaire éthiopienne (Italie conteste l'Éthiopie à la France), Mussolini se rapproche de Hitler et dénonce les accords de Stresa (franco-anglo-italien) en 1935

L'expansionnisme nippon
Au même moment s'affirmaient en Extrême-Orient les visées expansionnistes de l'empire japonais. le Japon entre en 1937 en guerre avec la Chine ; il occupe rapidement Shanghai, Nankin et les principaux ports du Sud-Est (1939), refoulant à Chongqing Tchang Kaï-chek.

L'extension de l'influence nippone dans le Pacifique ne provoque aucune réaction des États-Unis, alors entièrement absorbés par le redressement de leur économie et qui n'interviendront pratiquemen pas dans la crise internationale d'où sortira la Seconde Guerre mondiale.


1940 -La guerre, l'humiliation  et l'espoir

Après s'être habilement assuré à l'automne de 1936 du soutien politique du Japon par la signature du pacte Antikomintern, dirigé contre l'URSS, et de l'alliance de l'Italie fasciste par la constitution de l'Axe Berlin-Rome, Hitler annexe l'Autriche en mars 1938 (Anschluss). La guerre est évitée de justesse par les accords de Munich (septembre), en acceptant l'incorporation au Reich du territoire des Sudètes,

Dès mars 1939, les accords sont à nouveau violés par Hitler, dont les troupes entrent à Prague, tandis que Mussolini, un mois plus tard, annexe l'Albanie, puis signe avec Hitler le 22 mai 1939 le pacte d'Acier (traité de Berlin), qui enchaîne inconditionnellement l'Italie à l'Allemagne. L'Allemagne avec  son éternel besoin d'« espace vital » sollicite alors un nouveau pacte d'alliance avec Staline. La Pologne est au centre des discussion et rapidement son sort est scellé. L'Allemagne et l'URSS se partageront le gâteau. Le 1er septembre 1939 à 4h35 l'allemagne, aidée par son alliée la Slovaquie envahie la Pologne. Le 3 septembre 1939,  la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne en vertu d'un traité de février 1921, les liant à la Pologne....c'est la GUERRE.
Le 17 septembre 1939, en application des clauses secrètes du Pacte germano-soviétique, l'Union soviétique envahit à son tour la Pologne par l'est. Largement surclassée, l'armée polonaise est écrasée avant la fin septembre. Il aura fallu un peu plus d'un mois — exactement 35 jours — aux armées allemande et soviétique pour venir à bout de la Pologne. Le gouvernement polonais ne demanda ni ne conclut d'armistice avec les forces d'invasion. Les forces militaires qui purent s'échapper reformèrent rapidement une armée polonaise à l'étranger pour continuer le combat.

Après cette  première campagne victorieuse, Hitler se tourne vers l'Ouest, mais rien ne se passe sur ce front pendant plusieurs mois. Retranchés derrière la ligne Maginot, les alliés attendent l'assaut des forces allemandes elles-mêmes retranchées derrière la ligne Siegfried. C'est un conflit sans combats majeurs si ce n'est quelques escarmouches de patrouilles de reconnaissance. C'est ce que l'on appelle la « drôle de guerre »

Alors que les Français se croyaient à l'abri de la ligne Maginot, le 10 mai 1940, Hitler la contourne par l'ouest et déclenche son offensive contre la France, attaquant à la fois au nord-ouest, à travers les Pays-Bas et la Belgique, et dans les Ardennes, où la percée est réalisée en quelques heures. Les chars et les bombardiers allemands - les stukas, dont le souvenir restera associé à ces journées de mai 1940 - jouent un rôle essentiel dans cette offensive éclair. Les troupes françaises  refluent rapidement. Les divisions blindées nazies refoulent devant elles les unités fr ançaises en retraite ainsi que des milions de réfugiés : la percée allemande fait fuir des personnes venues de Belgique et du nord de la France. C'est la DEBACLE.

Cet exode prend bientôt des proportions spectaculaires ; au mois de juin, c'est tout le nord de la France qui est touché par ce mouvement, rendu dramatique par la désorganisation des transports et les bombardements de l'aviation allemande. On estime à 8 millions de personnes qui se sont ainsi retrouvées sur les routes françaises lors de ce printemps de débacle.

Après les capitulations Belge et Néerlandaise des 15 et 28 mai les Allemands entrent dans Paris le 14 Juin.


Les 16 ,17 et 18 Juin

16 Juin 17 Juin 18 Juin
Au sein du gouvernement, dirigé depuis le mois de mars 1940, Paul Reynaud est favorable à l'hypothèse d'une capitulation, qui n'engage que l'autorité militaire et permettrait de continuer la lutte depuis l'empire colonial. Mais il s'oppose à certains ministres qui sont au contraires partisans de l'armistice : celui-ci, qui engage l'autorité politique du pays, entraînerait la cessation des hostilités entre la France et l'Allemagne. Le Maréchal Pétain, qui fait partie du gouvernement, est de ceux-ci. Cela épargerait au pays, selon lui, de nouvelles souffrances. Le 16 juin, il succède à Paul Reynaud, démissionnaire. Pétain: "il  faut cesser le combat"
A l'appel de M. le président de la République, j'assume à partir d'aujourd'hui la direction du gouvernement de la France.......
De Gaulle: l'Appel du 18 Juin

Le véritable appel a été enregistré le 22 Juin 1940. Le 18 Juin, les techniciens de la BBC étaient trop occupés par le discours de CHURCHILL.


 Fin 1940 "Un vent mauvais soufflait sur la France" .......elle rentrait en  Résistance
L'occupation de la France était détestée et la collaboration était haïe. Dès décembre 1940, le SS Knochen, chargé des questions de sécurité pour Berlin à Paris, sentait que la France grondait, qu'il fallait traquer les premiers résistants, sans quoi une résistance  allait prendre forme.
Knochen fut le premier à détecter ce que Vichy et le maréchal Pétain comprirent un an après la défaite, au printemps 1941 : "Un vent mauvais soufflait sur la France".

La résistance n'existait pas encore, et pourtant, dans tout le pays, les manifestations de colère éclataient par les grèves, sabotages, manifestations patriotiques, journaux clandestins, réseaux d'évasion pour prisonniers de guerre...
C’est en aout que les premiers tracts résistants apparaissent. Ainsi que la naissance de Libération sud à Clermont-Ferrand et du musée de l’homme à Paris où des lycéens et des étudiants manifestent le 11 novembre. C’est en decembre que les premiers numéros de « Libération-Nord » et de « Résistance » paraissent.

.