Contactez-nous
Généalogie Privée              

Hiver 2020......Les Nouveautés sur le site :**SaintRomainlePuy-Histoire devient le site  Histoire de  GénéaPic-Forez......**Géologie de la terre **........Préhistoire......** L'époque contemporaine **..... 10 pages...30 VIDEOS en Ligne.....   sur la   .Seconde Guerre Mondiale (complète) dont le film exceptionnel " 6 Ans 12 Vies " en 10 épisodes  (cliquez sur un titres ) :   Jour J  : 6 Juin 1944   ,    Au bord de l'abime : Aout 1944,   Fin de partie : Hiver 1945,   Retour à la Paix : 1945,........; ect.................          ......    Merci de votre visite'
 
2ème Guerre Mondiale
Printemps 45
Six Ans Douze Vies
Au bord de l'abîme
2ème GUERRE MONDIALE
1945
"Six Ans 
Douze Vies
"
Fin de Parte
 

2ème Guerre Mondiale

retour à la paix

 

La tristesse, l'horreur et l'Apocalyse
 
Les Alliés sont en deuil.....

On sait avec quelle vigueur et quelle habileté il a mené la lutte aux côtés des autres chefs alliés. Il n'aura pas pu assister au triomphe, il sera toutefois entré dans l'éternel repos avec la certitude de la victoire. L'oeuvre de pacification non moins ardue que l'oeuvre de guerre sollicitait maintenant son attention. Il allait s'y consacrer avec un soin égal, désireux de donner au monde la tranquillité durable qu'il réclamait.

Afficher l'image d'origine
 

Franklin D. Roosevelt, en 1933.
De retour de la Conférence de Yalta en Février 1945, le 12 avril : Roosevelt, âgé de 63 ans, meurt d’une hémorragie cérébrale pendant ses vacances à Warm Springs, Géorgie. Le vice-président Harry Truman devient le 33e président des États-Unis.

En Europe coté sovietique
Les camps libérés par l’Armée Rouge: En juillet 1944, l’Armée Rouge libère Majdanek, grand camp nazi situé près de Lublin, en Pologne. Surpris par la rapidité de l’avance soviétique, les nazis avaient bien tenté de dissimuler les preuves des massacres en incendiant le four crématoire principal mais ils n’eurent pas le temps de démolir les chambres à gaz. Les troupes de l’Armée Rouge libérent aussi les camps de Belzec, Sobibor et Treblinka, dont les infrastructures avaient été démantelées par les Allemands en 1943.
Bien que mi août 1944, l’Armée Rouge ne soit plus qu’à 200 km d’Auschwitz, les nazis poursuivent leur politique d’extermination.
Ce n’est qu’en novembre 1944 que les trois crématoires restés en activité sont dynamités. Auschwitz, le plus grand des camps de concentration et d’extermination est libéré par l’Armée Rouge le 27 janvier 1945. Les troupes soviétiques y trouvent quelques milliers de détenus, abandonnés par les nazis qui avaient quitté le camp en emmenant avec eux la majorité des déportés valides pour une interminable marche de la mort. Là encore, les nazis avaient tenté d’effacer les traces, en détruisant les listes des juifs exterminés, en tuant la plupart des témoins oculaires des meurtres de masse et en détruisant les fours crématoires, preuves incontestables du massacre. Des entrepôts qui avaient échappé à la destruction abritent encore, à l’arrivée des soviétiques, des centaines de milliers de vêtements, mais aussi des montagnes de cheveux.

Berlin avant la bataille:
Au printemps 1945, Berlin semble relativement loin de la zone de combat mais ressemble à une métropole en guerre : le Tiergarten a été transformé en parc pour l'artillerie lourde, les bâtiments portent les traces des bombardements, la population se terre dans les abris et vit dans l'obscurité ou à la lueur des bougies

Dans cette capitale de guerre, un intense marché noir permet aux habitants de trouver, en dépit de la répression, tout ce qu'elle pouvait désirer.

Lors  de l'offensive soviétique, Berlin est encerclée par deux groupes d'armées soviétiques : ceux de Joukov (1er front biélorusse) et de Koniev (1er front ukrainien), avec en appui celui de Rokossovski (2e front biélorusse), que la récente prise de Koenigsberg vient juste de libérer.

La bataille de Berlin :Les combats débutent le 16 avril avec l'attaque de nuit, à la lueur de projecteurs de DCA, à partir des hauteurs de Seelow. Cette bataille manque de tourner au fiasco, pour avoir été mal préparée. Les plans de l'armée soviétique sont d'encercler la ville, puis d'éliminer par des tirs de barrage toute résistance. Mais ces bombardements gênent ensuite la progression des troupes à l'intérieur de la ville. Du 16 au 24 avril les unités allemandes , composées notamment de membres des Jeunesses hitlériennes, tentent de stopper les chars soviétiques mais en vain. Le 24, les formations de Joukov font leur entrée dans les faubourgs nord de la ville, tandis que celles de Koniev avancent dans le sud du Brandebourg. Les unités des deux fronts soviétiques ferment la poche en opérant leur jonction sur les arrières à Potsdam. La prise de la ville proprement dite commence le 25 avril.
L'assaut des Soviétiques sur le Reichstag débute le 30 avril, au soir. Les combats à l'extérieur et à l'intérieur durent toute la nuit, se poursuivent au corps à corps avant que le drapeau rouge ne soit hissé sur le toit du Reichstag, le matin du 1er mai.
Peu de temps avant que Hitler ne se suicide et que le Reichstag ne soit pris, la radio berlinoise réussit à diffuser, pour la dernière fois, une œuvre de Richard Wagner : La Marche funèbre de Siegfried, afin de donner du courage aux troupes. Celle-ci annonçait la fin du Troisième Reich.
Le 2 mai, à 4 heures du matin, le dernier commandant de la place de Berlin, Helmuth Weidling signe la capitulation des derniers défenseurs ; le cessez-le-feu est effectif à 17 heures, heure de Berlin, tandis que le vice ministre de la propagande fait diffuser une proclamation destinée à faire cesser les combats.

Le maréchal Wilhelm Keitel signe la capitulation inconditionnelle des forces allemandes le 7 mai face aux Soviétiques.

En Europe coté Américain
Sur la route de Berlin...les camps de concentration
Loin d’être la promenade de santé souvent décrite, la campagne d’Allemagne est jalonnée de batailles disputées. Les Alliés occidentaux comme les soviétiques se heurtent, tout au long de leur avancée au cœur du Reich, à une Wehrmacht faisant flèche de tout bois et combattant avec l’énergie du désespoir. Dernières contre-attaques de Panzer-Divisionen réduites à peau de chagrin mais mettant en œuvre parfois des blindés ultramodernes, SS et Jeunesses hitlériennes fanatiques armés de Panzerfäuste, Festungen isolées servant de points de fixation, « armes miracles » : l’Armée rouge, l’US Army et leurs alliés n’ont pas la partie facile durant ces cinq mois de combats.
La libération des camps par les armées américaines et britanniques

Le camp de Buchenwald est libéré le 11 avril 1945, quelques jours après avoir été évacué par les Allemands. 20 000 prisonniers s’y trouvent encore. Suivront les camps de Dora-Mittelbau, Flossenburg, Dachau et Mauthausen. Bergen-Belsen est libéré par les Britanniques, mi avril 1945. 60 000 détenus, affaiblis par une épidémie de typhus qui condamne à mort les plus fragiles, accueillent avec soulagement les libérateurs. Malheureusement, beaucoup de prisonniers mourront dans les semaines suivant leur libération. Si les armées alliés découvrent avec horreur les amoncellements de cadavres décharnés abandonnés par leurs bourreaux avant leur fuite, elles ne perçoivent pas encore toute l’horreur des camps et de l’extermination nazie. C'est à ce moment-là qu'ils découvrent les chambres à gaz et les fours crématoires. Les Français et leurs Alliés sont profondément choqués.
Afin d'informer la population allemande, le général Eisenhower oblige les civils proches des camps à venir les visiter. La population allemande fait face à des centaines de morts squelettiques, entassés, que les SS n’ont pas eu le temps de brûler. Les Américains, ont aussi obligé les SS et leurs femmes à enterrer des cadavres de déportés comme à Bergen-Belsen en avril 1945. La découverte de ces horreurs le Général Eisenhower affirme qu'il n'a jamais de sa vie éprouvé un choc aussi profond
  Attention : Vidéo ci-après déconseillée aux enfants et personnes sensibles


 

Conquête du cœur de l'Allemagne (mars-mai 1945)
Les forces américaines encerclent la Ruhr, la zone industrielle majeure de l'Allemagne. Deux avancent au nord et au sud de la région se rejoignent le 1er avril. Les Américains réduisent alors cette énorme poche de la Ruhr. Le groupe d'armées B du maréchal Model se rend le 16 avril.
Les Canadiens libèrent l'est des Pays-Bas, atteignant Groningue le 16 avril. Les Britanniques occupent tout le nord de l'Allemagne, capturant Brême et Hambourg. Les ultimes éléments blindés allemands tentent une petite contre-attaque au nord de Brunswick le 15 avril. Les Britanniques franchissent l'Elbe le 19 avril et bordent la Mer Baltique à Wismar, devançant de quelques heures les troupes Soviétiques.
La 1re armée française, soutenue par la 7e armée américaine lance une offensive dans le sud de l'Allemagne. Elle franchit la Forêt Noire et entre à Stuttgart, puis avance par Sigmaringen jusqu'au Lac de Constance. Un détachement vient hisser les couleurs françaises à Ulm (dans la zone américaine),
L'invasion alliée, conjointement avec la prise de Berlin par les Soviétiques, mène inéluctablement à la chute du Troisième Reich et à la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, dont les actes de capitulation seront signés le . Le gouvernement de Flensbourg, mis en place par l'amiral Karl Dönitz après le suicide !!! d'Adolf Hitler tombera le 23 mai 1945 et l'Allemagne sera alors administrée par le Conseil de contrôle allié, assurant ainsi l'ensemble des compétences d'un gouvernement allemand. Ce sera le début du processus de dénazification.        

Hitler s'est-il vraiment suicidé ?
La cause généralement acceptée de la mort d'Adolf Hitler, le , est le suicide par balle, son épouse Eva Braun s'étant empoisonnée au cyanure. Les circonstances exactes du suicide du Führer, l'identification et le sort réservé à sa dépouille restent cependant controversés.
En 2014 Bob Baer ancien agent de la CIA devenu consultant international, reprend à zéro l'enquête sur le prétendu suicide d'HITLER le 30 avril 1945 dans son bunker. Avec l'aide de spécialistes reconnus mondialement, et des 700 pages d'informations top secretes déclassifiées par le FBI, il  prouve à CEUX QUI DOUTENT de longue date : qu'Hitler s'est échappé de Berlin pour l'Argentine, et n'a jamais été prit... et serait mort en Amérique du sud vers 1970/1980 !
La version officielle, Chronologie du suicide .
Usé par la maladie et les séquelles d'un attentat le 20 juillet 1944, Hitler est devenu méconnaissable : mains tremblantes, dos voûté, yeux ternes et fatigués, paraissant vingt ans de plus que son âge réel (56 ans). Depuis fin février, il  se terre dans un bunker aménagé dans le jardin de la chancellerie : une vingtaine de petites pièces d'un total de 250 m2 habitables avec un petit nombre de fidèles, dont Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, et Martin Bormann, en charge des affaires administratives.
Le 21 avril 1945, alors que les premiers soldats soviétiques entrent dans la capitale, dans son bunker, Hitler prend froidement la décision de tenir jusqu'au bout.
Le dimanche 29 avril 1945, Hitler exprime ses dernières volontés. Comblant le voeu de sa maîtresse, il l'épouse au terme d'une rapide cérémonie civile, avec pour témoins Bormann et Goebbels. Puis il dicte à une secrétaire son testament politique par lequel il expulse le traître Hermann Goering du parti nazi et institue à sa place le grand amiral Karl Dönitz pour le remplacer à sa mort à la tête du Reich !
Ayant été informé de l'exécution de son ancien allié Mussolini et de sa fin ignominieuse, il renouvelle à ses proches l'ordre de brûler son cadavre et celui de sa femme jusqu'au fragment.
Le lendemain matin, comme les Soviétiques ne sont plus qu'à 200 mètres du bunker, il fait ses adieux à la trentaine de personnes qui l'entourent. En début d'après-midi, il s'enferme dans sa chambre avec Eva Braun. Celle-ci absorbe une capsule de cyanure cependant que Hitler se tire une balle dans la tempe.
L'aide de camp SS enveloppe les corps dans une couverture et les transporte dans le jardin où il les arrose d'essence et les enflamme. Le 2 mai 1945, à 15h, un premier soldat soviétique surgit dans le bunker. Le même jour, d'autres Soviétiques hissent le drapeau rouge au sommet du Reichstag.
Les corps d'Hitler, d'Eva Braun et de la famille Goebbelsi sont inhumés à Finow, près de Berlin. Ils sont réinhumés le 3 juin 1945 à Rathenow et à nouveau le 23 février 1946 dans un site militaire d'une ville d'Allemagne orientale, Magdebourg. Cela n'empêche pas Staline de déclarer, fin mai à une délégation américaine,  que Hitler n'est pas mort mais qu'il se cache dans un lieu inconnu avec Bormann et le général Krebs ; par la suite il déclare que le Führer s'est enfui au Japon en sous-marin, en Argentine ou en Espagne
L'autre version Les circonstances exactes du suicide du Führer, l'identification et le sort réservé à sa dépouille restent donc très controversés.

En avril 1970, sur décision du directeur du KGB Iouri Andropov, et sans en informer le gouvernement de l'Allemagne de l'Est, les Soviétiques se débarrassent des restes d'Hitler. Ceux-ci sont incinérés et leurs cendres jetées dans l'Elbe à Magdebourg, à l'exception du crâne et des mâchoires qui sont conservés par le KGB.

En 2000, le crâne et une photographie des mâchoires de Hitler sont présentés au public lors d'une exposition organisée à Moscou par  l'État russe . En septembre 2009, des experts britanniques  affirment que ce fragment de crâne est en réalité celui d'une femme âgée de 20 à 40 ans.
Faites vous votre propre opinion en regardant les vidéos ci_après
Dans le Pacifique

Au début de l'année, les possessions japonaises restent impressionnantes et les riches régions de Malaisie et d'Indonésie lui appartiennent toujours. Cependant, le pays est à genoux, sa marine de guerre est à l'agonie après la perte de ses porte-avions. L'aviation japonaise invincible au début de la guerre n'est plus que l'ombre d'elle-même, ses appareils dépassés emmenés par des pilotes inexpérimentés n'ont d'autre utilité que comme kamikazes. Les bombardiers américains B-29 basés aux Mariannes commencent à anéantir les villes et les industries japonaises sans rencontrer de véritable opposition.

En Birmanie, les Britanniques poursuivent leur progression le long de l'Irrawaddy et Mandalay tombe le 27 mars. Pendant que MacArthur reconquiert les Philippines, la marine américaine poursuit sa route des atolls. Les forces américaines subirent de lourdes pertes pendant l'invasion d'Iwo Jima qui se déroula entre février et mars 1945 et s'acheva par la conquête de l'île par les Américains au prix de 20 703 tués et 1152 disparus japonais (la quasi-totalité de la garnison) et 6 821 tués, 492 disparus et 19 189 blessés américains. La bataille a été particulièrement médiatisée par la photographie des Marines érigeant le drapeau au sommet du mont Suribachi (prise le par le photographe américain Joe Rosenthal).
Dès le 9 mars, un aérodrome pris permet l'atterrissage en urgence d'un B-29 (il y en aura en tout 2251).
La semaine suivante, des chasseurs américains menaient leurs opérations depuis les aérodromes conquis et dès le 7 avril, les chasseurs d'escorte accompagnant les raids de B-29 sur le Japon décollèrent de l'ile. Les travaux d'agrandissement et de construction de nouvelles pistes feront que la structure aéroportuaire américaine couvrira jusqu'à la moitié d'Iwo Jima.

 
Les Alliés s'approchent du Japon, et prévoient d'utiliser Okinawa, une grande île à seulement 550 km de l'île principale du Japon, en tant que base pour les opérations aériennes en vue de l'invasion prévue du Japon
Okinawa est la plus grande et la plus sanglante bataille de la guerre du Pacifique. La bataille sur terre débute le 1er avril 1945 et s’étale sur 81 jours.
Avec la victoire imminente des troupes américaines, beaucoup de civils préfèrent le suicide collectif, poussés par la propagande militaire affirmant que les soldats américains victorieux allaient saccager, tuer et violer. Quatre-vingts dix pour cent des bâtiments sur l'île ont été détruits, ainsi que d'innombrables documents historiques, des artefacts et trésors culturels, et le paysage tropical a été transformé en un vaste champ de boue, de plomb et de pourriture. La conquête de ces îles est primordiale pour les Alliés. Okinawa permet de fournir un ancrage à la flotte, des zones de rassemblement pour les troupes, et des aérodromes à proximité du Japon. La campagne d'Okinawa a conduit directement aux bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki, comme un moyen d'éviter l'invasion terrestre prévue du continent japonais vraisemblablement très couteuse en vies humaines. C'est la dernière bataille majeure américaine de la Seconde Guerre mondiale. En effet, les Japonais se rendent finalement en septembre après l'invasion soviétique de la Mandchourie et les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki.

Bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki

Les bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki, derniers des bombardements stratégiques sur le Japon, ont eu lieu les 6 et à l'initiative des États-Unis sur les centres historiques d'Hiroshima (340 000 habitants) et de Nagasaki (195 000 habitants), deux villes sans véritables objectifs ni défenses militaires, choisies au dernier moment pour remplacer les cités historiques de Kyoto et de Kokura.
Il s'agissait, puisque les dirigeants japonais avaient rejeté certaines des conditions de l'ultimatum de la conférence de Potsdam, de terroriser les populations et d'imposer au Japon un traité de reddition sans conditions comportant l'éviction de l'empereur Hirohito et l'adoption d'un régime politique occidental. Il s'agissait aussi, puisque ces deux armes nouvelles étaient enfin opérationnelles (l'une était à l'uranium, l'autre au plutonium), de les tester en vraie grandeur et de montrer aux autres pays, en particulier à l'URSS, la supériorité de feu décisive qu'elles donnaient à la puissance américaine, ce qui fait de ce bombardement l'acte inaugural de la guerre froide. Ces bombardements, que beaucoup ont placés au rang des crimes de guerre des Alliés, sont restés les seuls cas d'utilisation d'armes nucléaires durant un conflit.

C'est finalement le 14 août, à la suite de ces bombardements, mais aussi de l'invasion soviétique de la Mandchourie commencée le 8 août, et de la reddition de l'Armée japonaise du Guandong le 10 août, que le gouvernement japonais céda.

Moins d'un mois plus tard, la signature des Actes de capitulation du Japon le met fin à la Seconde Guerre mondiale.

Le nombre de personnes tuées par l'explosion, la chaleur et l'incendie géant consécutif, est difficile à déterminer et seules des estimations sont disponibles. Le Département de l'Énergie des États-Unis (DOE) avance les chiffres de 70 000 personnes pour Hiroshima et de 40 000 personnes pour Nagasaki. Pour sa part, le musée du mémorial pour la paix d'Hiroshima avance le chiffre de 140 000 morts, pour la seule ville d'Hiroshima. Selon l'historien Howard Zinn, le nombre de victimes atteint 250 000. À ceci, s'ajoutent les décès causés ultérieurement par divers types de cancers (334 cancers et 231 leucémies sur la population suivie, moins de 2000 au total) et de pathologies. Les survivants des explosions, les hibakusha, sont devenus le symbole d'une lutte contre la guerre et les armes atomiques à travers le monde. Mais au Japon, ils ne furent pas reconnus comme des victimes et ne bénéficièrent d'aucune assistance de l'État.

Autres vidéos:   Enola Gay
 

 
10ème Partie du Film  (fin)
Attention: ce dernier volet de "Six ans Douze vies" comporte des scènes réelles à la limite du soutenable et sont à déconseiller aux enfants et aux personnes sensibles.

 
Six Ans - Douze Vies (Fin)
Ce film retrace l'histoire réelle durant 6 Années de 12 destins........... 12  VIES  ( leur carte d'identité) les précédents épisodes sont à voir sur les pages précédentes et suivantes de ce site  internet. Elles témoignent très fidèlement tous les aspects de cette guerre Mondiale (Europe et Pacifique) à travers le destin REEL de 12 Soldats Alliés, certains morts au combat et pour d'autres, Vétérans aujourd'hui.
 
10ème Partie du Film
"Six Ans - Douze Vies" 
fin de partie

 
Le film que vous allez voir contient des images rares tournées pendant le seconde guerre mondiale et retrouvées après un travail de recherche de 2 ans mené à l'échelle mondiale.
La plupart n'ont encore pratiquement jamais été diffusées (2011). Elles font l'objet d'une restauration numérique qui a permis de rétablir leur couleur d'origine.
Toutes ces images sont authentiques .


Attention
Certaines d'entre elles peuvent choquer les enfants et  les plus sensibles d'entre nous.